Les Royaumes invisibles, tome 4 : Le Prince exilé, Julie Kagawa

Par défaut

Septembre 2011 chez Harlequin Teen
Juin 2012 chez Darkiss
Extrait (FR)

Attention, spoilers sur les tomes précédents.

Ash, ancien prince de la Cour de l’Hiver, a tout abandonné.
Son titre, son foyer et même son vœu d’allégeance.
Tout ça pour une fille… tout ça pour rien.
À moins qu’il ne puisse se trouver une âme.

      Pour Ash, le prince fé froid et impassible, l’amour était une faiblesse bonne pour les mortels et les fous. Celle qu’il aimait a péri d’une mort horrible, anéantissant tous les sentiments que le prince de l’Hiver aurait pu ressentir. Ou c’est ce qu’il pensait.
      Puis Meghan Chase – ce brin de fille à moitié humaine et à moitié fée – a fait s’effondrer les barrières qu’il avait dressées, et l’a lié à elle d’une façon irrévocable quand il a fait le serment d’être son chevalier. Et lorsque Faery tout entière a failli tomber aux mains des fées du Fer, elle a rompu leur lien pour lui sauver la vie. Meghan est maintenant la Reine du Fer, elle règne sur un royaume où ni les fées de l’Été, ni celles de l’Hiver ne peuvent survivre.
      Accompagné de son (importun) ennemi juré, le farceur de la cour de l’Été, et l’exaspérant cait sith, Grimalkin, Ash commence un voyage au bout duquel il sera obligé d’aller, une quête dont le but est de trouver un moyen d’honorer son serment de rester aux côtés de Meghan.
      Pour survivre dans le royaume du Fer, Ash a besoin d’une âme et d’un corps mortel. Mais les épreuves à passer pour obtenir ces deux choses sont impossibles. Du moins, personne n’est jamais allé assez loin pour témoigner du contraire.
      Puis Ash apprend une chose qui va tout changer. Une vérité qui va mettre la réalité sens dessus-dessous, qui remet en question ses certitudes les plus sombres et lui montre qu’il faut parfois plus que du courage pour accomplir le sacrifice ultime.

(traduction de Lothfleur)

Mon avis :

      Je ne mets pas de chroniques ici d’ordinaire, mais comme Darkiss a eu la gentillesse de m’envoyer ce livre pour me remercier de tenir ce blog (on ne va pas dire que ça ne fait rien ^^), voilà donc ce que j’ai pensé…

      Nous voilà donc arrivés au dernier tome de l’histoire d’Ash et Meghan (mais il reste encore un épisode avec la novella Iron’s Prophecy). Oublions Meghan un instant, car elle a accompli la tâche qui lui incombait et concentrons-nous sur Ash, c’est son histoire, sa quête. J’étais un peu sceptique car j’avais trouvé un peu gros le rejet de Meghan à la fin du tome 3, un peu trop flagrant dans le genre non, ils ne trouveront pas le bonheur, je fais un tome de plus ! Mais ce tome est extrêmement plaisant à lire, j’ai adoré retrouver ce monde, ces références à tous ces contes de fées, la table couverte de tasses à thé d’Alice, la tour où vivait une jeune fille aux cheveux si longs… et la fin est dans le ton du roman, on ne saurait dire si on a une vraie fin de conte de fée ou quelque chose de plus doux-amer, à vous de décider…
      Pour ceux qui sont aussi fans de Puck, pas de panique, il est toujours là ! Il n’y a pas que lui d’ailleurs, Grimalkin et deux petites surprises sont de la partie – enfin, petites… elles sont énormes en fait, de par leur taille et leur importance. Je n’en dirais pas plus… Si, j’ai trouvé que c’était les deux personnages qu’il fallait pour accompagner Ash et Puck dans cette quête. C’est beau et c’est triste en même temps mais j’ai beaucoup aimé le fait que Julie Kagawa ce serve d’un personnage qui a une aussi grande signification pour Ash.
      Mon bémol c’est surtout qu’on attend longtemps l’épreuve d’Ash, on nous met bien en place les personnages et la quête et on se retrouve à plus de la moitié du livre, c’est dommage. Mais les épreuves sont bien trouvées, ça rattrape, j’ai été même étonnée par la première étape de la seconde, je ne m’attendais pas à ce qu’on nous montre autant de noirceur chez Ash (et sous les yeux de son frère ? Beuuurk !). Et si vous n’avez pas le cœur serré à l’issue de la troisième étape, c’est que vous êtes insensible…
      D’ordinaire, quand je lis une traduction, mon dernier paragraphe la concerne, mais je ne crois pas que ça vous intéresse ici. Au cas où, direction mon autre blog.
      Pour conclure, en dépit de cette mise en place assez longue, c’est une belle fin à ce conte de fées moderne que sont les Royaumes invisibles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s